Vivre, l'homme et la bête

 

 

Jean-Michel Alberola

"Les actes des hommes ne laissent pas indifférent Jean-Michel Alberola. Son œuvre puise ses racines dans la mythologie, l'histoire de l'art, mais surtout les faits sociétaux, politiques et historiques.
L'une de ces réalités a particulièrement marqué toute sa pratique artistique : Auschwitz. Haut lieu de la shoah, il s'y rendit avec son ami juif et économiste Michel Henochberg et y réalisa une douzaine de dessins. Dix ans plus tard ils éditèrent ensemble le livre Sans titre Auschwitz, mai 1987 - Paris, novembre 1996.
Pas de vérité assénée. Juste une conscience déroutante de venir après. Après les baraquements, les tours de guets, les barrières électrifiées, les voies ferrées. Des fragments de constructions humaines et d'éléments végétaux presque insignifiants. Des dessins aquarellés, vidés de toute volonté d'illustration, d'une figuration littérale trouant l'avenir d'une psychose de l'irréparable.
L'artiste a dit son incapacité : " C'est blanc, aucune interprétation, c'est comme ça ". Devant le traumatisme, toute l'œuvre de Jean-Michel Alberola s'inscrit dans l'insaisissable mémoire de l'histoire. Le sceau de l'effacement et de la dénégation cherche à bousculer les consciences humaines. "

Catherine Le Dourneur


Jean-Michel Alberola, Occidental, 1989 ©
Artbfc